Devenir rentier

Ou comment faire pour que l’argent travaille pour vous ?

 

Il nous a fallu 3 ans pour atteindre notre objectif d’indépendance financière, pourquoi pas vous ?

Définition du Larousse – Rentier : personne qui perçoit une ou des rentes, personne qui vit sans travailler de ses seuls revenus.

Définition de Mr Tout le monde – Rentier : Né avec une cuillère en argent, glande toute la journée pendant que son compte en banque grossit et que le commun des mortels trime, ne connaît pas « les joies » du métro-boulot-dodo.

Il est vrai qu’en France, nous ne sommes pas très fans de « ce rentier » qui nous semble à tous ne pas avoir mérité les euros sonnants et trébuchants qui figurent sur son compte en banque. Mais soyons réalistes, qui n’aimerait pas prendre sa place ?

Mais alors, comment devenir rentier sans être né en compagnie de ce fameux compte en banque bien rempli ? C’est à cette question que nous allons tacher de répondre dans cet article. Vous allez découvrir les méthodes qui nous ont permis d’atteindre le saint Graal de l’indépendance financière. Celles qui marchent bien, celle qui fonctionnent moins et celles qui rapportent GROS.

Ca vous intéresse de ne plus jamais mettre le réveil le matin ?

Oui ?


Alors lisez attentivement ce qui va suivre.

devenir rentier

Briser ses chaines et cessez de vendre son temps contre de l’argent

Comme le dit le Larousse, le rentier perçoit des revenus sans travailler.

Première difficulté : nous avons tous grandi au son de la mélodie « Travaille mon fils », « Pour gagner ta vie, trouve un boulot » et plus récemment, s’est ajouté « fais des études, tu auras un bon boulot ».

Autrement dit, nos proches et même de façon plus forte encore la société et le système éducatif a fait grandir en nous la seule idée qui semble pouvoir fonctionner : pour gagner de l’argent, il faut travailler.

Mais le rentier, lui, ne fonctionne absolument pas de cette façon. Ses gains ne sont pas corrélés aux temps qu’il passe à travailler.

Pour devenir rentier, la première étape consiste donc à prendre conscience que pour la première fois dans votre vie, il va falloir que vous changiez radicalement votre façon de gagner de l’argent.

Il est désormais interdit de vendre votre temps en échange d’un salaire. Il ne va plus falloir que vous cherchiez à travailler pour quelqu’un. Mais que vous trouviez des façons de gagner de l’argent de façon récurrente, automatique sans y passer tout votre temps.

C’est ce qu’on appelle des revenus passifs.

Les terrains de jeu du rentier

Si l’on s’intéresse aux domaines d’activités qui sont de véritables machines à créer des millionnaires, on trouve entre autres :

  • les finances
  • l’immobilier
  • la création d’une entreprise traditionnelle
  • Internet ou les nouvelles technologies d’informations

Certains de ces domaines vont intéresser davantage le rentier en devenir que vous êtes.

Pourquoi ? Rappelons tout simplement que votre objectif est de générer rapidement des revenus qui ne sont pas fonction du temps que vous allez passer à les générer.

La création d’entreprise (au sens classique du terme) est une formidable aventure qui demande des sacrifices et une implication à toute épreuve. Créer de A à Z un business rentable demande de nombreuses années de travail sans compter qu’avant de mettre votre produit ou service sur le marché, il faudra passer par des mois de recherche et développement, la course aux levées de fonds et financement, le recrutement…

Vous l’aurez compris la création d’entreprise n’est, à notre sens, pas le chemin le plus simple pour atteindre le statut privilégié de rentier. Mais nous verrons ensemble que l’entreprenariat peut révéler de bonnes surprises…

Reste donc à explorer les voies de la finance, de l’immobilier et d’internet.

objectif rentier la genese

La genèse

En 2013, nous nous sommes lancés le défi de générer 1000 euros de revenus alternatifs par mois et nous nous sommes donnés un an pour le faire.

Ces 1000 euros devaient être générés uniquement par le biais de revenus passifs ou alternatifs. Autrement dit, nous avons du réfléchir à mettre en place une voire même plusieurs « machines » nous permettant de gagner de l’argent indépendamment du temps passé à travailler pour elles.

Pour réussir ce challenge, nous avons choisi de combiner plusieurs des domaines cités plus haut. Nous avons retenus les finances, l’immobilier et le blogging.

Voici l’article que nous avons écrit le 5 octobre 2013, le jour où nous nous sommes lancés notre premier défi : défi 1 000€/mois en un an . Soyez indulgents sur l’article, c’étaient nos débuts : )

Résultat des courses : un an plus tard, notre objectif était atteint ! Et très vite, nos efforts nous ont permis d’aller encore plus loin. Et même de dépasser notre objectif d’indépendance financière fixé initialement à 5000 euros par mois.

Voici donc notre retour d’expérience et les conseils que nous pouvons vous donner dans ces différents domaines :

1/ Les finances

Rassurez-vous, il n’est pas ici nécessaire de vous transformer en apprenti trader. Quelques connaissances peuvent suffire à vous permettre de faire fructifier votre épargne de façon régulière.

Prenons le cas de la bourse où différentes options s’offrent à vous :

  • Miser sur des actions à forts dividendes
  • Spéculer sur l’évolution du marché ou d’une action bien précise

La deuxième option est de loin la plus risquée mais c’est aussi celle qui peut rapporter le plus gros. Lors de notre défi « 1000 euros par mois », c’est celle-ci que nous avons retenue. Pour nous simplifier la tâche, nous avons décidé de placer notre argent en fonction de l’évolution de l’indice le plus connu en France : le CAC 40.

Nos gains étaient proportionnels à l’évolution de l’indice. C’est ce qu’on appelle un Tracker. Bien sûr, les éventuelles pertes sont également fonction de l’indice.

Pourquoi avoir fait ce choix ? Par fainéantise 🙂 Il est extrêmement facile de récolter des informations sur le CAC 40. Le cours de l’indice est constamment affiché sur les chaines d’informations en direct. Même votre Smartphone vous donne sa valeur ! Il vous suffit d’écouter BFM Business avant l’ouverture de la bourse pour connaître la tendance du marché à l’ouverture. Répétez ces actions régulièrement lorsque vous souhaitez réaliser des opérations.

Lorsque nous utilisons cette méthode, nous faisons peu d’entrées/sorties sur le marché : 2 à 3 par an. En l’appliquant sur plusieurs années, nous avons augmenté de 20% par an notre capital investi. Ce qui revient à plus que doubler son capital en 5 ans !

Si la spéculation vous fait peur ou si vous souhaitez diversifier vos placements, vous pouvez opter pour les dividendes. Une façon très simple de débuter dans ce secteur est tout simplement de faire une recherche Google en cherchant les actions à fort dividendes et en étudiant leurs rendements sur plusieurs années. Il ne restera plus qu’à faire votre choix.

Placer son épargne (durement mise de côté) en bourse peut être effrayant. C’est bien normal, vous vous êtes sacrifié pendant des mois mêmes des années pour constituer votre pécule, vous n’avez pas envie de le voir partir en fumée au premier décrochage du marché. Pour vous rassurer et faire vos premiers pas en tant que boursicoteur, vous pouvez passer par l’option « placement fictif ». Décidez d’une somme à investir, prenez note de la valeur de l’action ou de l’indice choisi, suivez l’évolution du marché pendant plusieurs semaines et voyez quels résultats vous auriez obtenus si vous aviez véritablement placé votre argent. Par la suite, il ne vous restera plus qu’à passer de la fiction à la réalité. 🙂

En plus de la bourse, nous avons profité d’un avantage proposé par de nombreuses entreprises françaises : les plans d’épargne entreprise (PEE ou PEG).

Si vous êtes salarié d’une entreprise de plus de 50 salariés, vous avez de bonnes chances d’être concerné par ce dispositif.

Comment ça fonctionne ? Votre entreprise vous propose de placer votre argent sur différents Fonds Communs de Placement d’Entreprise (FCPE). Pour vous simplifier la tâche (et votre choix de placement), l’organisme gestionnaire est tenu de vous indiquer le degré de risque de chacun des fonds, sa composition (actions, obligations, part de la société…) et le rendement des années antérieures. Les sommes que vous investissez sont bloquées pendant 5 ans. Vous ne pourrez donc pas y toucher pendant cette période sauf en cas de départ de l’entreprise, mariage, acquisition de la résidence principale…

Les FCPE ne proposent pas toujours des rendements hallucinants mais votre plan d’épargne entreprise peut receler d’autres bons plans. Par exemple, certains employeurs proposent un abondement, c’est-à-dire que lorsque vous placez de l’argent, il va lui aussi mettre la main à la poche et vous faire cadeau de plusieurs centaines d’euros. Forcément, ça booste la rentabilité !

Les FCPE pouvant offrir les plus gros rendements sont ceux où vous faites l’acquisition de part de l’entreprise : ils nous ont rapporté 19% par an. Plutôt pas mal !

Trop de personnes ignorent l’existence de ces dispositifs au sein de leur entreprise et ne bénéficient donc pas de ces avantages. N’hésitez pas à vous renseigner !

=> Article expliquant l’épargne salariale

investir dans l immobilier

2/ L’immobilier

Tout bon rentier qui se respecte se doit d’avoir un patrimoine immobilier valorisé en millions d’euros. Sinon, ça ne compte pas : )

Avant d’atteindre ce cap, vous allez avoir un peu de travail devant vous.

L’immobilier est une formidable source d’enrichissement. Demandez à Donald Trump ou encore à Arnold Schwarzenegger, ils vous le confirmeront.

Au moment où nous écrivons ces lignes, l’immobilier est notre plus grosse source de revenus. Il nous a fallu moins de 3 ans d’investissements intensifs pour recevoir aujourd’hui plus de 10 000€ de loyers par mois. Vous comprenez aisément pourquoi c’est notre méthode d’enrichissement favorite.

 

L’énorme avantage de l’immobilier :

Il n’est pas nécessaire de disposer d’un capital de départ pour investir en immobilier. Et même, mieux vaut profiter intégralement de l’argent du banquier pour financer ces investissements, surtout au départ. C’est ce qu’on appelle l’effet de levier.

Si vous voulez en savoir plus sur l’effet de levier, vous pouvez regarder cette vidéo :

Les rentabilités peuvent atteindre les 2 chiffres en fonction du type d’investissement choisi. L’immobilier est palpable, ce qui a tendance a nous séduire davantage. Vous pouvez toucher du doigt ce que vous achetez, créez, transformez, louez…

L’investissement immobilier est un vaste domaine. Il existe de nombreuses stratégies et beaucoup d’entre elles portent leurs fruits.

Commençons par l’investissement locatif. Le principe est simple : acquérir un bien afin de le mettre en location et percevoir les loyers tous les mois. Pour gagner de l’argent avec ce type d’investissement, le loyer perçu doit être supérieur à la mensualité du crédit.

Imaginons que votre locataire vous verse 700€ de loyer tous les mois et que votre mensualité de crédit soit de 500€. Vous générez un cashflow brut (différence entre le loyer et le crédit) de 200€. C’est bien ! Mais n’oubliez pas que le crédit n’est pas votre seule charge. Vous allez également devoir vous acquitter de la taxe foncière, des charges de copropriété (pour les immeubles comprenant plusieurs lots et différents propriétaires) et de l’assurance du bien… Il faut donc bien calculer avant d’investir.

Pour être sûr de ne rien laisser de côté, nous vous invitons à télécharger notre calculatrice dédiée à l’investissement locatif. Elle vous permet de connaître rapidement la rentabilité d’un investissement et de savoir ce qui tombera vraiment dans votre poche.

Dans cet exemple, il est possible que votre cashflow (ce que vous gagnez au final) avant impôt soit au final de 100€ par mois. C’est un bon début, pas de quoi vous vautrer dans le luxe mais vous faites un premier pas vers votre vie de rentier.

Revenons en détail sur le loyer : il couvre l’intégralité du crédit et plus. Autrement dit vous ne débourser pas un centime pour payer l’appartement. Vous avez donc 2 types de revenus avec un seul investissement :

  • Du cashflow : différence entre le loyer et le crédit : 100€
  • Du capital : la partie de capital que le loyer rembourse tous les mois. Par exemple sur une mensualité de crédit de 500€. Au début vous remboursez sur un crédit long environ 250€ par mois de capital.

Ce qui vous fait un bénéfice mensuel (cashflow + capital) de 350€ par mois.

En plus, si vous choisissez bien le secteur où vous investissez votre bien peut prendre de la valeur. C’est le 3ème effet kiss cool.

Enfin, une fois le crédit arrivé à son terme vos gains sont maximisés.

Pour générer plusieurs milliers d’euros de cashflow mensuel avec l’investissement locatif, il est indispensable de détenir plusieurs biens. Si comme dans l’exemple, un seul bien vous rapporte 100 euros par mois et que vous souhaitez générer 2000 euros de revenus mensuels, il va vous falloir acquérir 20 biens du même type !

Bien sûr, il existe des « raccourcis » pour maximiser la rentabilité des investissements locatifs et ainsi vous éviter d’avoir à acquérir une multitude de biens.

On peut notamment citer comme piste : l’acquisition d’immeubles, la location meublée, la colocation, la transformation de biens…

L’investissement locatif est selon nous une des stratégies immobilières qui est la moins consommatrice de temps. Vos efforts sont concentrés au début de l’investissement : la recherche du bien, la recherche d’un financement, d’éventuels travaux et la recherche d’un locataire. Une fois ces étapes franchies, votre investissement vous rapportera de l’argent tous les mois, la plupart du temps sans que vous n’ayez rien à faire.

En quelques années, nous avons fait l’acquisition de 5 appartements à visée locative. Ces investissements ne nous ont pas demandé un gros investissement en temps. Finalement, la partie la plus chronophage a été pour nous le suivi de chantier lorsque nous avons réalisé des investissement avec travaux. Mais cela dure peu de temps et ça n’a pas été le cas pour tous nos biens : deux de nos acquisitions ont été réalisées avec locataires en place.

Ces investissements ont été réalisés en l’espace de quelques années et 3 de ces 5 biens ont été achetés la même année lorsque nous avons décidé d’accélérer la cadence et prendre la voix de l’indépendance financière. Ces biens nous rapportent environ 1000 euros de cashflow NET. C’est à dire qu’une fois toutes nos charges et impôts payés, ils génèrent 1000 euros par mois et c’est sans compter l’amortissement du capital puisque tous ces biens ont été achetés à crédit. Aussi, dans quelques années ces revenus seront maximisés.

Pour vous rendre compte du type d’investissement que nous avons réalisé, vous pouvez visionner ces 2 vidéos où nous présentons les « chiffres » (rentabilité, cashflow…) à l’intérieur même de nos investissements :

D’autres méthodes d’investissement en immobilier portent également leurs fruits et ce qui peut être intéressant, c’est de diversifier vos investissements immobiliers pour diluer dans le même temps les risques.

C’est actuellement la stratégie que nous appliquons.

Ces méthodes d’investissement peuvent se révéler très lucratives. Davantage encore que le traditionnel investissement locatif.

Citons par exemple, la location saisonnière. Au lieu de louer un logement à l’année (ou avec les traditionnels baux de 3 ans), vous allez louer un hébergement à la semaine ou même à la nuitée. Les revenus alors générés ne seront pas comparables avec un loyer traditionnel !

Supposons que vous faites l’acquisition d’un studio bien placé à 100 000 euros et que vous le louez 70 euros la nuit. En louant votre logement 22 jours par mois vous allez percevoir 1540 euros. Si l’on compare avec les loyers pratiqués dans de grandes villes françaises pour ce type de bien en location classique, vous toucherez dans le meilleur des cas un loyer de 600 euros. La location saisonnière vous permettrait de doubler et même plus les revenus perçus !

Bien sûr, pour faire simple, nous avons retenu un revenu brut. Une fois encore, vous devrez vous acquitter de certains frais : les mêmes que pour la location classique et en plus la taxe de séjour, les frais de ménage et éventuellement d’entrée et sortie, l’équipement du logement et les abonnements liés comme l’électricité et internet.

N’oubliez pas qu’en immobilier, la rentabilité est le maître mot et que tout investissement réussi passe par des calculs poussés.

A l’heure où nous écrivons ces lignes, nous venons tout juste de nous lancer dans l’aventure de la location saisonnière. Nous exploitons 5 studios uniquement destinés à accueillir des touristes de passages. Sur les 12 premiers jours d’exploitation, nous avons généré plus de 3 600€ de loyer. Oui, en seulement 12 jours, ces 5 appartements nous ont rapporté 3 600 euros de loyer.

Et le mois suivant, nous enregistrions plus de 9000 € de loyers ! Il est encore trop tôt pour déterminer quels revenus nous permettra de générer cette activité sur le long terme mais de tels débuts nous laissent rêveurs.

A l’inverse de l’investissement locatif, la location saisonnière est certainement l’investissement le plus consommateur de temps : vous devez être disponible pour répondre aux demandes des clients, gérer vos réservations, accueillir vos visiteurs et faire en sorte que votre logement soit nickel après leur départ. Avec quelques efforts et une organisation bien rodée, vous pourrez rapidement déléguer ces différents points pour disposer de davantage de temps libre comme votre ami le rentier.

Cet « investissement en temps » est ce qui nous a longtemps découragé de nous lancer dans la location saisonnière. En ayant fait nos débuts dans l’immobilier avec l’investissement locatif, nous n’avions pas envie d’avoir à gérer un bien chronophage. Nous avons donc réfléchit à différentes méthodes pour limiter au maximum notre implication « horaire ». Ce n’est pas que nous soyons fainéants mais il nous paraît déraisonnable de consacrer tout son temps à la gestion d’un seul bien (ou quelques biens).

En tant que futur rentier, vous souhaitez développer vos revenus passifs. Vous devez donc minimiser le temps que vous passez sur les investissements que vous avez déjà réalisés pour passer du temps sur vos futurs sources de revenus.

C’est bien là, la force des revenus passifs et toute la différence avec un travail salarié. Lorsque vous êtes salariés, si vous arrêtez de travailler, vous ne touchez plus d’argent. Avec les revenus passifs, vos efforts d’aujourd’hui construisent vos revenus de demain. Chaque nouveau revenu vient se cumuler au précédent.
Au début, vous travaillez pour avoir 100€ de revenus passifs. Puis une fois fait, vous travaillez pour avoir 500€ de plus de revenus passifs. Cela monte vos revenus à 600€. Puis vous travaillez pour 1 000€ de plus … Vos revenus passifs sont maintenant de 1 600€. Vous avez compris le jeu : )

Avant d’en terminer avec le chapitre Immobilier, voyons encore une autre manière d’investir :

L’achat revente fait également partie des stratégies bien connues en immobilier. Activité de prédilection des marchands de bien, l’achat revente permet en une opération de générer un capital intéressant. Par exemple, voici l’opération réalisée par l’un d’entre eux le mois dernier dans la ville où nous investissons : achat d’un 3 pièces de 55 m2 pour 90 000€, réalisation de travaux 35 000 €, revente du bien à 165 000 €. Autrement dit, un gain brut de 40 000 € pour cette opération.

L’achat revente séduit car il a une connotation d’argent facile. Détrompez-vous, gagnez de l’argent est rarement une chose facile, on a souvent trop tendance à simplifier. Cette activité n’est pas sans risque, la plus value réalisée dépend intégralement des acheteurs présents sur le marché au moment de la revente et cette variable ne peut être certaine. Mieux vaut donc prévoir une marge de sécurité si vous vous lancez dans ce genre d’opération.

Mais si on en revient au marchand de biens cité en exemple, on ne peut pas nier qu’il a réalisé une belle opération. Cela doit être d’autant plus souligné qu’en période de marché baissier ou stable comme en ce moment, cette activité est d’autant plus difficile à exercer. A chacun de tirer son épingle du jeu et de mettre en avant ses compétences propres.

Rappelons au passage que l’achat revente a permis à nombre de particuliers de toucher un beau pactole ces dernières années par le simple jeu de la revente de leurs résidences principales. En période de marché haussier, comme ce fut le cas au début des années 2000, ces particuliers ont pu empocher des sommes rondelettes au grand dame des primo accédant grand perdant de cette histoire.

Comment appréhender l’achat revente en cette période plus difficile de marché baissier ? Apporter de la valeur aux biens immobiliers sera un élément indispensable. Mais cela pourrait ne pas suffire, il faudra donc en même temps réaliser une belle négociation au moment de l’acquisition du bien afin de l’acheter en dessous des prix du marché.

Contrairement aux autres méthodes développées plus haut, l’achat revente ne vous permet pas de mettre en place des revenus stables et pérennes. Vos gains vont dépendre du nombre d’opérations que vous allez réaliser. Il ne s’agit donc pas ici de revenus passifs. Les sommes générées sont entièrement dépendantes du temps passé sur cette activité. Cela ne correspond donc pas à votre ambition de devenir rentier !

Pour autant, reprenons l’exemple du marchand bien : il empoche 40 000 € bruts avec cette seule opération. Combien de temps lui a t’il fallu pour cela ? En France, les démarches chez le notaire prennent en général 3 mois (2 mois si vous achetez cash), ajoutons à cela 2 mois minimum pour réaliser les travaux soit 5 mois au total. Ainsi en seulement 5 mois, l’opération d’achat revente a généré 40 000 € ! A l’heure actuelle dans le monde du salariat sans être bardé de diplômes et sans expérience significative, impossible de toucher de telles sommes en si peu de temps ! D’ailleurs rappelons que le marchand de bien ne travaille pas H24 sur cette opération. La plupart du temps, tout ce qu’il a à faire, c’est patienter : attendre que les documents soient établis chez le notaire, attendre que l’artisan réalise les travaux, attendre qu’un agent immobilier lui trouve un client et encore fois attendre que l’acheteur lui paie la somme convenue (et donc attendre une nouvelle fois 3 mois de plus que les documents soient établis chez le notaire !).

On pourrait s’étendre encore longuement sur les stratégies immobilières mais vous détenez dès à présent quelques pistes qui devraient vous inspirer et mériteront d’être creusées par la suite.

devenir rentier internet

3/ Internet

Le rentier se doit de s’intéresser aux secteurs porteurs pour pérenniser et faire fructifier ses placements mais aussi pour trouver de nouveaux terrains de jeu et l’opportunité de créer de nouvelles activités.

Si on vous demande quel changement majeur s’est opéré ces 20 dernières années ? Beaucoup seront tentés de répondre l’arrivée d’internet ou du téléphone portable.

Internet a véritablement révolutionné notre quotidien en créant une base de données colossale accessible à tout moment quel que soit l’endroit où vous vous trouvez.

Aujourd’hui, il est vous est possible de tout apprendre sur tout sans même bouger de chez vous et bien sûr de consommer via cet outil. D’ailleurs, n’est-ce-pas ce que vous êtes en train de faire ? 🙂

Le marché internet représente 966 milliards de dollars pour l’économie américaine en 2015. Ce chiffre est en constante augmentation chaque année !

Internet entraine dans le sillage de son développement une véritable révolution industrielle. Personne ne sait où cela nous mènera. Mais une chose est sûre à l’heure d’un changement aussi important pour notre économie mieux vaut aller dans le sens du progrès plutôt que de vouloir s’y opposer à tout prix ou ne pas remarquer la transition à l’oeuvre. Il y a un an vous n’aviez jamais entendu parler d’Uber. Aujourd’hui, vous les connaissez comme ceux qui mettent en rogne nos taxis parisiens.

Dans quelques années, il y a fort à parier qu’ils mettront en place la première ligne de « chauffeurs automatiques » avec des véhicules 100% automatisés. Ils ont d’ailleurs déjà lancé 11 voitures autonomes tests à Pittsburg. Sans internet et les nouvelles technologies, Uber n’aurait pas pu voir le jour.

Internet est l’endroit idéal pour créer son entreprise et vous êtes nombreux à vouloir franchir le cap de l’entreprenariat.

D’après un sondage récent, un français sur trois a envie d’ouvrir son entreprise (barometre le figaro/id invest de novembre 2015). Faire le choix d’un business sur internet, c’est se simplifier la tâche pour de nombreuses raisons : il est tout à fait possible de monter un business seul sur internet, sans investissement de départ, sans salarié, sans stock, sans locaux… Partant de ce constat les risques sont beaucoup plus limités. Vous ne mettez pas en jeu vos économies personnelles. Vous n’avez pas d’investisseurs à séduire…

La puissance d’internet, est qu’il n’y a théoriquement pas de limite. Vous pouvez atteindre des centaines, des milliers, des dizaines de milliers… de personnes tous les jours. Changez le mot « personnes » de la phrase précédente par « euros » est vous comprenez l’énorme potentiel d’un business en ligne.

Alors bien sûr, tout business n’est pas télé portable sur internet. Si vous rêvez d’ouvrir un salon de toilettage canin, difficile de réaliser cette activité en ligne ! Les poils de Médor ne se coupent pas à travers un écran d’ordinateur.

Vous devez utiliser à plein régime la puissance d’internet et l’associer à une idée de création de business.

Ah oui mais comment faire ? Comment trouver l’activité faite pour vous ?

Commencer en répondant à une question toute simple : qu’est ce qui vous passionne ? Quels sont vos centres d’intérêts ?

Notre idée de lancer un business internet est partie de l’envie de changer radicalement de vie, d’êtres libres et de gagner notre propre argent en développant des revenus passifs. C’est ainsi que notre blog est né et que par la suite nous avons lancé plusieurs formations sur internet.

Nous avons ainsi transformé notre passion et nos connaissances en immobilier en formation qui aident nos clients à suivre le même chemin que nous et à générer des revenus avec l’immobilier.

Cela ne s’est pas fait en claquant des doigts. On a travaillé dur pour mettre au point nos formations. Sans passion, sans réelle envie d’y arriver, on n’aurait certainement pas atteints nos résultats. C’est pourquoi vous devez lancer un business en vous basant sur quelque chose qui vous passionne. Sans ça, vous seriez très vite tentés d’abandonner.

Nos croyons véritablement dans le business des formations en ligne. Aujourd’hui, vous souhaitez recevoir les conseils de personnes qui vous ressemblent, qui comprennent vos problèmes pour avoir vécus les mêmes, qui sont à même de vous montrer le chemin. C’est beaucoup plus inspirant et motivant pour avancer dans la voix que vous avez choisie.

Certaines thématiques sont tout à fait adapté pour ce type de ventes : le bien être, la nutrition, les finances, le développement personnel… Les thématiques sont nombreuses et il reste encore de la place sur le marché pour tous ceux qui sont prêts à s’investir et donner des conseils de qualité.

Bien sûr, il existe encore 1000 façons de créer un business sur internet. La stratégie de vente de formation fonctionne pour nous, il n’y a pas de raisons, elle devrait aussi fonctionner pour vous.

Rappelez vous simplement la première étape : qu’est ce qui vous passionne ? Qu’est ce que vous aimeriez véritablement faire ? Est-ce que d’autres personnes ont cette même passion ? Est-ce qu’ils dépensent de l’argent dans ce même domaine ? Et à partir de là, cherchez à développer votre idée en utilisant le formidable levier d’internet.

Vous l’aurez compris les possibilités sont multiples. Il vous reste maintenant à choisir la stratégie faite pour vous ou les combiner !

Lorsque nous avons cherché à générer des revenus passifs, nous avons choisi de courir plusieurs lièvres à la fois : les finances, l’immobilier et internet via le blogging.

Cette expérience nous a permis par la suite de nous recentrer sur les domaines les plus rentables et les plus intéressant pour nous à savoir l’immobilier en premier lieu suivi d’internet.

Attention, il ne faut pas se disperser, au risque de perde son énergie, de survoler un sujet. Mieux vaut se concentrer à fond sur 1 ou 2 axes jusqu’à avoir des résultats concrets.

Note : le seul résultat concret pour votre objectif de rentier est l’argent.

De plus, plus vous serez fort dans un domaine, plus il vous rapportera GROS.

objectif-lune

Viser la lune pour atteindre les étoiles

Au départ, même si notre objectif final était de 5 000€ par mois, nous nous sommes fixés un premier objectif à 1 000€. A ce moment là, il faut bien avouer que nous n’avions pas en main tous les cartes qui nous permettraient d’atteindre notre but. Et c’était bien normal !

Décider d’un objectif, c’est vous donner l’opportunité de réfléchir régulièrement aux moyens que vous allez pouvoir mettre en œuvre pour l’obtenir. Petit à petit, mécaniquement, votre cerveau va vous présenter différentes façons d’atteindre votre but, les idées vont germer.

Ne serait ce qu’en vous imaginant vivre le but que vous vous êtes fixés, vous allez naturellement vous en approcher. Même les plus grands sportifs utilisent ces techniques d’imagerie mentale pour se préparer aux grandes compétitions et réussir leurs objectifs ! Dans les starting blocks, un coureur de 100m s’imagine déjà en train de franchir la ligne d’arrivée.

Bien sûr, vous ne vous lèverez pas tous les matins avec une idée révolutionnaire qui fera de vous un multimillionnaire dans l’heure. Mais en travaillant à focaliser régulièrement vos pensées sur votre objectif, vous allez naturellement avoir une multitude d’actions en tête qui vont vous permettre de vous en approcher. C’est ce qu’on appelle la loi d’attraction. Certains voient en la loi d’attraction, une sorte de pouvoir spirituel vous permettant d’obtenir ce sur quoi sont focalisées vos pensées. Ce n’est pas notre façon de l’appréhender mais si ce côté spirituel vous attire, pourquoi pas. En tout cas, n’hésitez pas à visionner la film/documentaire Le Secret qui traite justement de la loi d’attraction.

Pour mettre toutes les chances de votre côté et vous permettre de relever votre propre défi « objectif rentier », nous vous proposons d’appliquer : la méthode SMART.

Derrière cette pompeuse abréviation anglaise, se cache une méthode simple et redoutablement efficace pour vous permettre d’atteindre vos objectifs.

Votre objectif doit répondre à 5 critères : être spécifique, mesurable, atteignable, réaliste et limité dans le temps.

  • Spécifique : votre objectif doit être le plus précis possible. Par exemple, vous décidez de vous lancer dans l’immobilier. Votre objectif ne sera pas d’ « investir » dans l’immobilier mais de « réaliser votre premier investissement locatif rentable».
  • Mesurable : vous allez devoir vous donner un objectif chiffré. Reprenons l’exemple de votre investissement locatif rentable, pour être mesurable, vous allez y ajouter une nouvelle donnée : « générer 200 euros de cashflow par mois ».
  • Atteignable : l ‘idée ici est de fixer un objectif qui soit suffisamment stimulant pour vous, qui soit en lui même une source de motivation. Vous devez sentir qu’il apportera un changement à votre quotidien. Ici, la transformation consiste à faire l’acquisition d’un bien qui vous rapportera de l’argent tous les mois.
  • Réaliste : vous l’aurez compris, vous ne devez pas vous fixer un objectif beaucoup trop ambitieux. Cela réduirait les chances de concrétisation de votre objectif. Décidez de devenir rentier en 6 mois en partant de 0 n’est pas réaliste.
  • Dans un Temps précis : Vous devez vous donner une échéance précise. Dans le cas de notre objectif « investissement locatif rentable », vus les détails donnés dans la partie immobilier, il est tout à fait raisonnable de vous donner 6 mois pour le faire.

Pour résumé, en partant d’un objectif assez vague « investir dans l’immobilier, en appliquant la méthode SMART, nous sommes arrivés à un objectif bien plus précis :

« Réalisez votre premier investissement locatif rentable générant 200 euros de cashflow mensuel dans 6 mois ».

Maintenant que vous avez pu fixer de nouveaux objectifs, déterminez ce que vous devez réellement accomplir dans les années à venir, vers quel chemin vous orienter, il va falloir vous donner les moyens d’y arriver.

Et pour cela les connaissances et le savoir, sont un outil indispensable.

Apprendre sans aller à l’école

Documentez-vous, ne cessez jamais d’apprendre !

Dans nos sociétés modernes, il est devenu naturel de faire de longues études mais une fois le cartable relégué au fond de l’armoire, beaucoup pensent que le travail d’apprentissage est terminé et qu’ils vont pouvoir se reposer sur leurs connaissances pendant les 40 prochaines années.

C’est une erreur colossale ! Le monde évolue sans cesse. Vos études ne sont certainement plus en adéquation avec votre métier ni même avec ce que vous souhaitez faire demain.

Si vous rêvez de devenir rentier et que vous ne l’êtes pas aujourd’hui, c’est parce que les actions que vous avez entrepris jusque là n’ont pas été efficaces. Vous ne faites pas ce qui doit être fait pour atteindre ce statut tant rêvé. Pourquoi ? Certainement en grande partie parce que vous n’avez pas les bonnes cartes en main.

Il va donc falloir impérativement revoir votre façon de penser, d’agir pour obtenir des résultats différents, des résultats qui cette fois vous mèneront à votre objectif et à votre statut de rentier.

Nous avons vu plus haut les différents terrains de jeu du rentier. Choisissez celui qui vous attire le plus et creusez ce domaine à fond pour développer vos connaissances et être sûr d’obtenir de bons résultats lorsque vous passerez à l’action.

Avant d’investir dans l’immobilier, nous avons passé plusieurs années à étudier ce marché : où investir ? Quels biens rapportent ? Quel budget pour tel projet ? Comment générer des revenus solides et pérennes ? Comment ne pas se faire matraquer par les impôts ? Nous ne sommes pas passés à l’action en un claquement de doigts mais les efforts faits pendant ces années ont véritablement portés leurs fruits et nous apprenons encore tous les jours.

Aujourd’hui, c’est à vous de vous documenter, de vous former, d’apprendre. Rappelez-vous : internet est une formidable base de documentation. D’ailleurs, vous êtes certainement au bon endroit pour apprendre dans les différents domaines vus plus haut. 🙂

Une dream team de winners 🙂

Le rentier est entouré de personnes qui le conseillent, à qui il délègue…

Son entourage est un élément clé de sa réussite au quotidien. Il est impossible de tout gérer soit même, de tout connaître de A à Z. Il faut donc aller chercher les bons conseils là où ils se trouvent et savoir confier certaines tâches à des personnes qui ont toutes les compétences pour les réaliser.

Si votre souhait est de vous transformer en magnat de l’immobilier et que vous partez de 0, il est normal que votre entourage actuel ne possède tous les atouts pour vous permettre de réussir dans cette aventure.

Prenez conscience que l’objectif qui vous tient à cœur peut ne pas être partagé par votre entourage. Que ce soit votre famille, vos amis, vos collègues de bureau. Vouloir opérer un changement majeur dans sa vie n’est pas toujours bien perçu et certaines personnes seront là pour vous décourager. La plupart du temps, elles ne le font pas pour vous nuire mais simplement parce que le changement fait peur et que vous maintenir dans votre situation actuelle est ce qu’il y a de plus sécurisant pour elles.

Résistez !! Maintenez le cap sur votre objectif. Ecoutez votre voix intérieure. Vous êtes le mieux placé pour savoir ce qui vous tient à cœur, ce qui vous plait de faire au quotidien, ce que vous voulez accomplir dans votre vie.

Revenons à votre « dream team ». Alors, oui, certainement vous allez devoir partir de 0.

Mais rien n’est impossible et au fil du temps, vous allez pouvoir vous entourer de personnes utiles et nécessaires à votre projet.

« Vous êtes la moyenne des 5 personnes qui vous entourent. » Avez-vous déjà entendu cette phrase ? En d’autres termes, vous êtes influencés par votre entourage proche. Si votre entourage proche a les mêmes objectifs que vous, ou évolue dans des secteurs en lien avec votre objectif, alors vous mettez toutes les chances de votre côté.

En décidant d’investir dans l’immobilier, vous allez petit à petit agrandir votre répertoire de connaissances :

En recherchant des biens, vous allez rencontrer des agents immobiliers qui pourront vous conseiller et vous rappeler lorsque des biens correspondent à vos critères.

En faisant l’acquisition de bien, vous allez également avoir recours à un notaire et peut être à un comptable. En réalisant des travaux, vous rencontrerez des artisans… et en naviguant sur le web, vous pourrez faire la rencontre d’investisseurs qui comme vous souhaitent agrandir leur patrimoine et leurs revenus fonciers.

 

Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait.

Mark Twain

 

Désormais vous savez quoi faire :

  • Choisissez un axe d’enrichissement
  • Développez vos connaissances
  • Fixez vous un objectif
  • Et PASSEZ à l’ACTION

 

Pour aller plus loin, recevoir TOUS nos conseils et notre guide sur l’indépendance financière, cliquez sur ce lien :

OUI, je veux aller plus loin

Et souvenez vous : TOUT EST POSSIBLE.
Greg et Elodie