TBA-bas-article

Dans cette vidéo, on vous raconte notre expérience des ventes aux enchères immobilières. On ne gagne pas à tous les coups 🙂 mais c’était vraiment une expérience très enrichissante de voir comment ça se passe de « l’intérieur ». Tout est dans la vidéo 🙂

Retranscription de la vidéo :

Dans cette vidéo, on parle « ventes aux enchères immobilières » et je vais vous raconter une petite histoire qui nous est arrivée à ce sujet. On a souhaité enchérir sur un bien, je vais vous raconter dans quelques instants comment ça s’est passé.

Donc on est ici sur un cas pratique qui concerne les ventes aux enchères du tribunal de grande instance. J’ai fait plusieurs visites d’appartements qui été susceptibles de nous intéresser. Un premier bien, qui au final n’était pas du tout intéressant parce qu’il était occupé. Le gros problème dans l’histoire, c’est qu’il était occupé sans bail, sans paiement des loyers. C’est des situations difficiles sur lesquelles nous préférons passer notre chemin. Très honnêtement, c’est le conseil que je vous donne sauf si vous êtes très aguerri dans ce domaine, que vous connaissez les procédures d’expulsion sur le bout des doigts et que vous êtes prêt à patienter 2 ans avant de pouvoir retrouver l’usage du bien. Sinon, mieux vaut passer sur ce type de bien.

Le deuxième bien dont je voulais vous parler, c’est un bien sur lequel on a fait une offre. C’est un studio qui fait 42 m2, qui est situé dans Marseille, un très bon quartier de Marseille où les prix sont assez élevés. La particularité de ce studio, c’est qu’il est en rez de chaussée sur cour, dans un état parfait. Il est loué, il est même très bien loué puisque le loyer est de 600 euros par mois. Par contre, sa particularité est qu’il a été loué en tant qu’habitation alors que l’usage du bien c’est commercial. Normalement, le bien devrait uniquement être loué à des professionnels pour un usage commercial, ce n’est pas un bien à usage d’habitation. Pour ce bien, la mise à prix était de 15 000 euros. Du fait de l’usage du bien, et de la procédure spéciale pour transformer l’usage du bien, on n’a pas souhaité prendre trop de risques, et donc on a calculé notre offre en conséquence.

L’important dans une vente aux enchères, c’est d’enchérir mais c’est surtout de savoir quelle est votre limite parce que le jour où vous êtes au tribunal avec votre avocat et qu’il lève la main pour enchérir pour vous, il faut aussi savoir lui dire stop :). C’est très important car on peut vite être pris par le jeu de l’enchère, par ses émotions, se dire « c’est moi qui vais l’avoir ! ». Ce jour là, pour la mise aux enchères de ce bien, les choses ont débuté calmement. La mise à prix était de 15 000 euros et les enchères se faisaient par tranche de 1000 euros. Très vite, les prix ont commencé à monter et nous, notre limite, c’était 46 000 euros. Cette limite a été franchit, on a cessé d’enchérir, ça a continué encore et le bien est parti à 60 000 euros. C’était quand même un montant bien plus élevé que ce que nous avions prévu. Finalement, on est ressorti en se disant : « ok, pas de souci, ce n’était pas pour nous, il y avait vraiment une grosse différence entre ce qu’on était prêt à payer et le prix final. ».

On voulait simplement aussi vous dire que parfois, c’est normal, les choses ne se fonctionnent pas nécessairement comme vous voudrez. C’est normal de ne pas y arriver. Il ne faut simplement pas baisser les bras et faut se dire que la prochaine fois, ce sera vous qui remporterez l’enchère !

A très bientôt pour une prochaine vidéo !

Et vous ? Les ventes aux enchères ça vous tente ?

Répondez-nous dans les commentaires ci-dessous.

Passez à l’action et continuez à apprendre !
Greg et Elodie (alias Mr et Mme P)


Les lecteurs qui ont lu cet article ont aimé :